Après son duel pitoyable face à Voldemort, le poireau a fuit pitoyablement, laissant le soin aux meilleurs de défendre ce qu'il laisse derrière lui. C'est l'histoire de Héros, qui se battent, qui s'aiment, se déchirent, tentent de vivre tout simplement.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une heure, le facteur n'est pas passé

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Diony Pratchett

avatar

Nombre de messages : 1548
Date d'inscription : 11/08/2007

Feuille de personnage
Age: 18
Statut: réfugiée

MessageSujet: Une heure, le facteur n'est pas passé   Dim 25 Avr - 16:16

Enfin, on laissait Diony passer à l'action. Enfin, on se décidait à l'employer à sa juste valeur.
Le semaine dernière, pour preuve, elle avait eu le droit à sa première sortie dans le grand monde. Elle s'était un peu sentie comme une enfant dont on avait peur de lacher la main, mais ce genre de détail mis à part, le bonheur procuré était sans pareil. Depuis tellement de temps elle attendait cet instant qu'elle avait bien failli s'oublier et n'avait pas réussi à changer son apparence, comme on lui avait conseillé de le faire. Dans un premier temps, du moins, parce qu'après une séance de reconcentration intensives, ils avaient pu reprendre l'aventure, et mener jusqu'au bout leur mission: récolter le courrier. Youpi...
Bref, aspect peu glorieux de la mission mis à part, c'était plutôt cool. Et elle avait hâte de remettre ça. Ce qui était prévu, justement, pour aujourd'hui, exactement.
Dans le sas d'entrée de l'antre du phénix, Diony écoutait son responsable de sortie, attentivement. Pour preuve, elle hochait la tête à chacune de ses phrases, et se mordillait les lèvres d'impatience.
Elle aurait bien hurlé un "oui, chef, bien chef" si ça pouvait aider le speech à être abrégé. Mais rien à faire. La liste des recommandations semblait sans fin et Diony se transformait peu à peu en pile électrique.

"- Poppy McBride, 28 ans, mariée, un enfant." Récapitula-t-elle tout en fixant la photo dont elle devait adopter l'apparence une fois le moment de passer à l'action arrivée. Sans attendre, ses traits se modifièrent jusqu'à faire d'elle une jeune femme blonde au teint pâle. Effacée, voila comment on pourrait résumer le tout. Et étrangement nerveuse, mais ça, c'était surtout du à diony elle-même.

"- J'entre dans le magasin, me contente de saluer et de préciser qu'il s'agit de la commande de Madame McBride. Pas de petites blagues, ni de signes d'exubérance, ce n'est pas le style de la dame. Une fois que j'ai le colis, je retourne au portoloin et rentre."

Le tout avait été récité de façon quasi-mécanique tant ça lui semblait ennuyeux à mourir. Il n'y a que ce moment venu qu'elle sembla s'animer, un peu comme si elle espérait que ça se produise, histoire de rendre la sortie un peu intéressante.

"- Tout du long, je dois tenir cette pièce, et si jamais un problème se présente, je la lache. Alors, je serais automatiquement transplanée dans une zone sécurisée."

Grand sourire, genre, j'ai tout bon hein? Un y va?
Mais non, ce n'était pas fini, pas encore. Après un bon quart d'heure de plus, le choses sérieuses finirent par commencer.
On lui laissa quelques minutes, seule, en face d'un miroir pour se concentrer et changer d'apparence. Puis on lui apporta un portauloin qui l'emmena chez la dame McBride en question. Cette dernière vint l'accueillir, et après l'instant de flottement autour de la rencontre des deux sosies, on lui montra la sortie et elle se retrouva dans la rue.

Sans la moindre hésitation, elle s'engouffra dans le labyrinthe des ruelles de ce petit village, connaissant son chemin par coeur jusqu'à la boutique d'apothicaire dissimulée dans l'arrière cour d'une petite ferme.
Discrète, malgré ses regarda avides et enthousiastes difficilement réprimés, et le dos courbé, elle finit par entrer dans la boutique et s'approcher du comptoir. Un petit sourire, et elle s'annonça:

"- Bonjour, je viens chercher mes ingrédients. Madame McBride."

Immédiatement, elle sentit l'ambiance se métamorphoser.
Tout le monde semblait sur le qui-vive et avait dardé son regard sur elle. Au début, il n'y avait rien qui puisse lui faire abandonner sa mission, jusqu'à ce que la femme derrière le comptoir ne se morde les lèvres puis murmure:

"- Je suis vraiment désolée..."

Avant d'échanger un regard apeuré avec son mari, derrière.
Un froid glacial saisit Diony au coeur et sa main, jusque là bien serrée autour de sa pièce, s'ouvrit pour laisser cette dernière tomber et rebondir sur le sol.
Depuis longtemps, elle avait décidé de ne pas chercher à faire d'esbroufe ni de réfléchir trop longtemps avant de prendre une décision, aussi la décision de se carapater était-elle apparu très rapidement. Sauf qu'il ne se passa absolument rien de ce qui était prévu. Diony ne transplana pas en sécurité.

Dans ces conditions, que devait-elle faire? Ne surtout pas paniquer, ni se comporter comme un coupable.? Ce qui incluait: ne surtout pas fuir. Jouer la carte de l'innocence jusqu'au bout.
Mais sur ce point, ses jambes avaient un avis totalement différent. Sans attendre, Diony fit volte face, et courue hors du magasin jusque dans la cour de la ferme. Si elle ne pouvait pas transplaner, au moins, elle pouvait courir.

C'était sans compter le traquenard dans lequel elle se trouvait: il y avait un seul moyen de sortir de là, par la porte, et un mangemort venait de transplaner, bouchant le passage et baguette à la main.

Prête à en découdre, Diony dégaina à son tour sa baguette.
Revenir en haut Aller en bas
Sirius Black

avatar

Nombre de messages : 1581
Date d'inscription : 11/08/2007

Feuille de personnage
Age: On ne demande pas son âge à une jeune femme
Statut: Chef de L'Ordre du Phénix

MessageSujet: Re: Une heure, le facteur n'est pas passé   Dim 25 Avr - 16:50

***
Il faut qu'elle apprenne à improviser lors d'une situation difficile. On est tous passé par là.

Apprendre à improviser, tu parles ! C'est qu'il ne la connaissait pas, Diony, cet abruti. Voilà ce que Sirius en pensait. La laisser risquer sa peau juste pour qu'elle apprenne, tsss ! C'est sur, si elle se faisait tuer, elle ne pourrait pas refaire d'erreurs.
Sirius s'empêcha de lui balancer une flopée d'insultes à la tête.


- Ok, et si y a un problème, elle fait comment ?
- On la surveillera.
- On ? Je crois pas, non. C'est moi qui la surveillerait.

S'ensuivit alors une conversation ennuyeuse dont Sirius finit par avoir le fin mot. Ainsi, c'est lui qui couvrirait les arrières de Diony.
***

Diony avait pour mission d'aller chercher une livraison de Potion que Mina attendait. Ce qui signifiait qu'ils n'avaient presque plus rien en réserve et qu'ils en avaient vraiment besoin. Sirius s'était montré contre l'idée que ce soit Diony qui s'en charge mais Mina avait jouée en sa faveur. Mieux valait, en effet, qu'il s'agisse de quelqu'un qui s'y connaisse en potions.
Quoiqu'il en soit, cela signifiait que Sirius n'avait pas de quoi changer d'apparence. Seuls ses pouvoirs d'Animagus l'aideraient, et c'est bien pour cette raison que tout le monde avait convenu qu'il était plus logique que ce soit lui qui aille surveiller les arrières de Diony. (et aussi parce qu'il s'était lourdement opposé à McGonagall).


***

De là où il était planqué, c'est à dire au milieu des poules, dans la cour, Sirius ne comprenait pas ce qu'il se passait. Ou plutôt, il ne le comprit qu'un peu tard : ils avaient été dénoncés.
Pas le temps d'y penser pour l'instant, il fallait agir. Diony s'était mise à courir, c'était sans doute sa meilleure et sa plus mauvaise idée. Sirius bondit de sa "cachette", reprenant forme humaine, sans même attendre de savoir si d'autres mangemorts allaient apparaître. Sans chercher à faire de sentiments, il lui envoya un Avada en pleine poitrine, peu désireux de le voir dégainer le premier.
Puis il courut se mettre à hauteur de Diony.


Prends ça et transplane, elle te dirigera.

Il lui tendit une boussole.
Revenir en haut Aller en bas
Diony Pratchett

avatar

Nombre de messages : 1548
Date d'inscription : 11/08/2007

Feuille de personnage
Age: 18
Statut: réfugiée

MessageSujet: Re: Une heure, le facteur n'est pas passé   Dim 25 Avr - 19:44

A la vue de l'homme s'écroulant sous une lumière verte, Diony en perdit toute velléité, et le cri de guerre apache qui avait à peine commencé à sortir de sa gorge y rentra aussitôt, soufflé. Bien vite, la stupeur fut balayée par le soulagement alors que Sirius apparaissait à ses côtés.
Si elle s'était sentie perdue jusque là, à sa vue, elle retrouva tous ses repères et se sentie immédiatement prête à en découdre avec le monde entier.

La boussole tendue vers elle:

"- Mais... Et toi?"

peut-être n'était-ce pas le moment de poser ce genre de question, mais pourtant, c'était tout ce qui lui importait. Elle ne quitterait pas Sirius, et voulait s'assurer que ça n'arriverait pas. Et pis c'est tout.
Quand même, poussée par l'urgence qu'elle sentait dans le ton de la voix de Sirius, elle se saisit de l'objet.
Après tout, ce n'était pas un portauloin, donc aucun risque de disparaitre tout à coup. Voila un geste qu'elle pouvait lui accorder.

"- Je ne sais pas transplaner."

A la pointe de défi dans le ton de sa voie, on aurait presque cru que c'était une bonne nouvelle. Et c'était le cas.
Folie de sa part? Surement, surtout quand on voyait deux ombres se profiler au portai de la ferme. Ils auraient bientôt de la compagnie, et en nombre avec un peu de chance.
ce qui explique qu'elle gagne de plus en plus en assurance la mioche. Elle ne laisserait pas Sirius risquer sa vie pour elle, et encore moins le faire seul.

"- Et la pièce d'urgence n'a pas fonctionné, il doit y avoir un sortilège anti-transplanage."

Baguette dans une main et le bras de Sirius agrippé de l'autre, la peur agissait comme un moteur pour Diony, en soit témoin l'étincelle dans ses yeux:

"- Pas question que je te laisse les affronter seul!"
Revenir en haut Aller en bas
Sirius Black

avatar

Nombre de messages : 1581
Date d'inscription : 11/08/2007

Feuille de personnage
Age: On ne demande pas son âge à une jeune femme
Statut: Chef de L'Ordre du Phénix

MessageSujet: Re: Une heure, le facteur n'est pas passé   Dim 25 Avr - 21:45

Sirius devait à la fois se concentrer sur ce qui les entourait et sur ce que lui disait Diony. Bien entendu qu'ils ne pourraient pas transplaner, ça aurait été beaucoup trop facile.
Bien entendu, également, il ne pouvait pas la laisser se battre face à des mangemorts. Et c'est pourtant ce qui se profilait.
Il observait rapidement le lieu, les yeux tels deux lasers, et son cerveau analysait tout tel un stratège.


Il la saisit par le bras aussi et l'entraîna vers un coin plus retranché après avoir lancé un sortilège de bouclier.


De toute façon on a pas le choix.

Sirius aurait pu paniquer, mais dans ce genre de situation, il devenait très pragmatique. Il la saisit quelques secondes entre quatre yeux.

Ecoute moi, c'est très important. Change d'apparence et cache toi. Garde un oeil sur ce qui se passe autant que tu le peux. Prends l'apparence d'un mangemort si tu peux. Mais ne les attaque pas ! Sers-toi simplement de sortilèges de défense. Quand ils me verront c'est moi qu'ils attaqueront.

Il ajouta dans la précipitation et pour la forme :

Pas de discussion !
Revenir en haut Aller en bas
Diony Pratchett

avatar

Nombre de messages : 1548
Date d'inscription : 11/08/2007

Feuille de personnage
Age: 18
Statut: réfugiée

MessageSujet: Re: Une heure, le facteur n'est pas passé   Dim 25 Avr - 22:40

Faite pour le terrain, Diony n'était pas en reste. Dépourvue des limites et autres carcans qui avaient tendance à diminuer les possibilités dans l'esprit de tout un chacun, elle voyait les choses bien différemment. ce qui n'aurait pas manqué d'être un avantage de taille dans la bataille si on lui avait laissé dix bonnes minutes pour y réfléchir. ce qu'elle n'avait pas. Un jour, quand elle aurait gagné en expérience, elle pourrait le faire instantanément, mais ce jour n'était pas venu.
Et pour l'heure, il ne lui restait qu'à suivre les conseils avisés de Sirius, ce dernier s'exprimant avec un tel aplomb que Diony ne pouvait que lui obéir. N'est pas combattant aguerrit qui veut, mais Sirius l'était. Et ça en jetait. Quand il lui donna ses directives, elle l'écouta donc avec une grande attention, sans moufeter ni perdre de temps, yeux grands ouverts, tels deux billes noires et brillantes.
Elle allait bien réclamer qu'il vienne se cacher avec elle, dans le hangar, mais son "pas de discussion!" y coupa court.

Alors, faisant sa tête de cochon et une moue boudeuse, elle marqua une hésitation, juste avant de se résigner et de partir, non sans un dernier regard bouleversé vers Sirius.

Le déchirement qu'elle vivait était à la limite du supportable, et il n'y avait bien que l'assurance de trouver, plus loin et plus tard, un moyen de l'aider qui lui permette de continuer sa route.
Et un sortilège, surement dévié par Sirius, lui passant loin au dessus de la tête, lui fit presser l'allure.

les mangemorts étaient derrière eux, ce n'était donc pas le moment de se retourner, et arrivée au milieu des outils agricoles, elle se hâta de plonger entre leurs grandes pattes de métal. Allongée, sur le dos, sous la carlingue de l'un d'entre eux, elle prit le temps de changer d'apparence. Une petite fille de faïence ferait l'affaire. Un air mignon sur des jambes d'écureuil. Elle abandonna le chandail, le panier et les chaussures, devenues trop grandes, pour ne garder que la tunique, devenue robe.

Il n'y avait plus qu'à espérer qu'elle ne s'était pas trop ratée. Et la voila qui se faufilait pour voir où ça en était. 30 secondes avaient passé. Sirius pouvait aussi bien être à terre.
Revenir en haut Aller en bas
Sirius Black

avatar

Nombre de messages : 1581
Date d'inscription : 11/08/2007

Feuille de personnage
Age: On ne demande pas son âge à une jeune femme
Statut: Chef de L'Ordre du Phénix

MessageSujet: Re: Une heure, le facteur n'est pas passé   Jeu 29 Avr - 0:57

Ayant pris le temps de parler à Diony, Sirius n'eut pas celui de tenter une attaque stratégique. Il fut directement exposé aux deux mangemorts qui se présentèrent au portail. Dans l'impossibilité d'effectuer un sortilège d'invisibilité sur lui-même, il se rabattit sur une stratégie beaucoup plus efficace : plonger derrière une pile de caisses en bois.
La manoeuvre ne lui servit qu'à éviter deux sortilèges vraiment désagréable. Deux contre un. Il allait falloir la jouer serrer. Mais Sirius savait exactement ce qu'il avait à faire. C'était presque instinctif.
Il s'élança alors dans un combat où chaque seconde, chaque mouvement aussi infime soit-il, allait compter. Les réflexes de l'homme s'alliant à sa ruse lui permirent de mettre à terre un premier homme momentanément. L'autre lui donnait plus de fil à retordre.
Revenir en haut Aller en bas
Diony Pratchett

avatar

Nombre de messages : 1548
Date d'inscription : 11/08/2007

Feuille de personnage
Age: 18
Statut: réfugiée

MessageSujet: Re: Une heure, le facteur n'est pas passé   Sam 1 Mai - 12:01

Peut-être lui avait-on ordonné de ne pas intervenir, mais avait-on jamais vu Diony en faire autrement qu'à sa tête? Voyant que Sirius affrontait les deux mangemorts frontalement, Diony ne vit pas de meilleure solution que des les aborder dans le dos, à coup de petits sortilèges discrets.
Après quelques instants à se glisser dans l'ombre et le bazar ambiant jusqu'à l'opposé de Sirius, elle se trouva un petit coin bien à l'abri d'où jeter un croquenjambe traitre au mangemort encore debout.
Puis, laissant à Sirius tout le loisir de finir ce dernier, elle s'avança à découvert et sorti une petite fiole de nuage endormi qu'elle jeta sans attendre à la face de l'homme se trouvant encore à terre. Avec ça, il serait hors service pendant un bon bout de temps.

Et une victoire, une!

Sauf que le combat était loin d'être fini. Quand un piège se déclenchait dans une source d'approvisionnement supposé de l'Ordre du Phénix, ennemi public numéro 1, on ne se contentait pas d'envoyer trois hommes.


Déjà, au loin, on pouvait entendre des ordres lancés. Et bientôt, l'endroit serait cerné.
Désemparée et figée sur place tel un écureuil aux abois, Diony, tourna de grands yeux écarquillés vers Sirius.
Revenir en haut Aller en bas
Sirius Black

avatar

Nombre de messages : 1581
Date d'inscription : 11/08/2007

Feuille de personnage
Age: On ne demande pas son âge à une jeune femme
Statut: Chef de L'Ordre du Phénix

MessageSujet: Re: Une heure, le facteur n'est pas passé   Sam 1 Mai - 16:48

Lorsque Sirius vit son ennemi perdre l'équilibre et tomber, il comprit immédiatement que quelqu'un en était la cause et que ce quelqu'un devait être Diony.
Pas plus de temps pour la réflexion, Sirius lança un sortilège de mort à l'homme, qui s'éleva dans les airs pour en retomber inanimé à jamais.
Du temps de Dumbledore, il aurait été hors de question pour lui de mettre à mort un ennemi dès qu'il en avait l'occasion. Mais les temps avaient changé et Azkaban regorgeait de gens innocents. A présent, c'était la loi du plus fort qui prônait.

Le chef de l'Ordre se concentra immédiatement sur le deuxième ennemi, mais Diony - ce devait être elle du moins - s'en était déjà chargé. Il lui fit un bref signe de tête, en signe de remerciement, mais ne prononça pas un mot. S'ils avaient échappé à la première vague, Sirius n'avait aucune idée de ce qui l'attendait à part une mort certaine. Il était aux aguets et il fallait réfléchir vite. La tête de Diony ne l'aidait pas. C'était même sa plus grande distraction alors qu'il ne pensait qu'à une chose : comment la sauver ?

D'abord, il devait rester pragmatique. Il fallait qu'il sache au maximum dans quel piège ils étaient enfermés.
Pour ce faire, il usa à la fois d'un moyen de tester les barrières de protection - si elles existaient - qui entouraient la ferme et d'une ruse qu'il avait tout récemment appris mais dont il ne s'était encore jamais servi.
Il prononça une formule en dressant sa baguette vers le ciel. Aussitôt, il en jaillit une traînée de fumée noire qui s'éleva dans le ciel jusqu'à heurter un objet invisible. Les barrières étaient là et elles ne leur laissaient pas beaucoup de choix : se battre au milieu d'une cour ou escalader les toits pour se retrouver piégés de la même manière à l'extérieur du bâtiment.
Dans le ciel, et malgré le sortilège de bouclier qui entourait la ferme, se dressait à présent la marque déformée et terrifiante du Seigneur des Ténèbres.

Sirius n'attendit pas une seconde de plus, il attrapa Diony par le bras et la conduisit à l'intérieur du bâtiment. Il y retrouva, toutes entassées et effrayées, les quelques personnes qui les avaient livré. Sans préambule, il lança d'un ton ferme :


Les Mangemorts entourent la ferme. Maintenant il vous reste deux solutions : rester lâches et mourir ou vous battre avec dignité. Peu importe leurs promesses ou leurs menaces : ils vous tueront de toute manière.

Sirius n'attendit pas de réponse. Il ordonna :

J'en veux deux à l'arrière, trois sur les côtés et un à l'avant avec moi. Immédiatement !

Il savait que dans ce genre de situation, il fallait soit suivre les ordres, soit les donner. Dans le cas présent, il savait qu'en ne laissant pas le choix, ça en déciderait au moins un.

S'adressant à présent à Diony, en aparté :


Il va falloir se séparer. L'idée ne lui plaisait guère, mais il ne voyait pas de meilleure solution.
Je veux que tu ailles te cacher dans la grange. Trouve la fenêtre qui donne sur l'extérieur mais fais très attention, tu seras peut-être attendue. Il parlait très vite mais son coeur s'était mis à battre. Il ne devait pas penser à son angoisse.
Diony c'est important : ne parle à personne, ne te montre à personne même si c'est moi. Caches-toi, ouvres l'oeil et attend que tous les mangemorts soient entrés dans la ferme. Dès l'instant où tu es sûre de toi, si la voie est libre, fonce. Cours, ne pense pas, ne te retourne pas. Ton seul objectif doit être de traverser la barrière de protection. Elle doit être à environ 100 mètres du bâtiment.
Il la prit par les épaules comme si cela allait faire entrer les informations qu'il lui donnait presque sans respirer.
Pendant que tu cours, vise devant toi et concentre toi sur ton sors de Brisure. Il doit marcher du premier coup. Une fois la barrière brisée, tu sors et tu transplanes immédiatement avec la boussole, tu m'as compris ?
Revenir en haut Aller en bas
Diony Pratchett

avatar

Nombre de messages : 1548
Date d'inscription : 11/08/2007

Feuille de personnage
Age: 18
Statut: réfugiée

MessageSujet: Re: Une heure, le facteur n'est pas passé   Lun 3 Mai - 0:01

Tant qu'il s'agissait de rester aux côtés de Sirius, Diony s'avéra la plus docile et fidèle des demoiselles. Confiante jusqu'à le suivre dans la gueule de la mort elle même, elle n'en gardait pas moins l'esprit alerte et les yeux grands ouverts.

Parfois, son inconscience du danger habituelle manquait refaire surface, mais bien avant qu'elle ne se laisse aller à ses travers habituels, chaque fois un geste de Sirius la ramenait sur terre. Que ce soit sa poigne à la limite d'être douloureuse sur son bras, ou sa façon de lui parler et de lui donner des ordres, le chef de l'ordre faisait tout ce qu'il fallait pour se faire obéir, pas de doute.

Jusqu'à ce qu'il lui demande l'impossible. Elle aurait aimé faire ce qu'il lui demandait, être un bon soldat, et même plus que ça. Tout pour lui montrer à quel point elle l'aimait et avait confiance en lui, mais il lui en demandait tout simplement trop.

"- D'accord."
commença-t-elle par dire, n'ayant pas l'air convaincue par ce qu'elle disait.
On voyait déjà, dans sa façon inexpressive de rendre son regard à Sirius, qu'il y avait quelque chose qui clochait. Une sensation perturbante et insupportable monta rapidement jusqu'à manquer déborder sous formes de larmes, mais ils n'avaient pas le temps pour ça.
Une explosion, au loin, la fit tressaillir et coupa court à tout épanchement dramatique. Réclamations ravalées, Diony agrippa le bras de Sirius à son tour et en vint au fait, pressente et effrayée comme jamais.

"- j'peux pas te laisser, j'peux pas faire ça!"

Supplique inutile, elle le savait, mais il n'y avait rien qu'elle puisse y changer pour autant. Se séparer de Sirius à cet instant serait comme une petite mort pour elle. Autant, à ses yeux, faire une sortie kamikaze vers les mangemorts.

"- J'veux pas qu'tu meurs!"


Voila qui venait du fond du coeur et exprimait sa peur la plus enfouie et vivace.

"- Il doit y avoir un meilleur moyen... Je pourrais me faire passer pour leur chef! Tu sais que je le peux... A deux, on pourra les piéger!"


Et au fur et à mesure qu'elle évoquait ces possibilités, elle voyait déjà plusieurs plans d'action se profiler, tous plus osés les uns que les autres, à tel point qu'ils pourraient presque marcher. C'est cette certitude qui la poussait à s'accrocher, à refuser de partir. Ainsi que celle de ne plus jamais revoir Sirius vivant si elle le laissait en cet instant.

"- ne m'oblige pas à te laisser,"
chouina-t-elle, sourde aux oppositions qui ne manqueraient pas de venir avant qu'elle en ai fini.
Revenir en haut Aller en bas
Sirius Black

avatar

Nombre de messages : 1581
Date d'inscription : 11/08/2007

Feuille de personnage
Age: On ne demande pas son âge à une jeune femme
Statut: Chef de L'Ordre du Phénix

MessageSujet: Re: Une heure, le facteur n'est pas passé   Lun 3 Mai - 0:39

Sirius sentit son coeur se serrer dès la première supplication. Il aurait du savoir que son "d'accord" prendrait une nouvelle tournure...
Mais quel que soit le discours de Diony, quels que soient ses propres sentiments, il n'y avait pas de place pour une discussion. Les règles avaient été fixées dès le départ. Si Sirius avait été certain que la place la plus sûre pour Diony se trouvait à ses côtés, il ne lui aurait jamais demandé de s'enfuir. Au contraire, car la simple idée de l'imaginer partir sans lui, sans qu'il soit la pour la protéger, lui déchirait les entrailles.
Le chef de l'Ordre ne céda pas, cachant étonnement ses sentiments d'homme derrière la façade de guerrier.
Pour une fois, il n'ignorait même pas les demandes saugrenues de la jeune fille, il les réduisait à néant pour son bien :


On ne sait pas qui est le chef de file aujourd'hui.
Sirius jeta un oeil autour de lui tout en parlant. Trois des personnes s'étaient postées en faction. C'était mieux que rien.
Et on ne peut pas prendre le risque d'improviser quand ce risque met la vie de plusieurs personnes en péril. Nous étions d'accord sur les termes de cette mission Diony. Même si ça ne te plait pas, tu dois m'obéir.

Il s'impatientait mentalement, ne cessant de jeter des regards alentours. La Marque des Ténèbres avait sans doute semé le doute chez les mangemorts, ce qui lui faisait gagner un peu de temps, mais ce n'était pas assez.
Alors, il acheva son argumentation sur une vérité, mais sur une vérité qui lui permettait d'obtenir gain de cause :


J'ai besoin de toi pour que tu ailles prévenir les renforts, tu comprends ? Je ne peux compter que sur toi ici pour le faire, alors il faut que tu réussisses à sortir d'ici indemne.
S'il te plait, on a déjà perdu trop de temps, file !

Il lui passa une main sur la joue, aussi bien pour se réconforter que pour l'encourager à y aller. Une transmission de tendresse, marque de confiance.
Revenir en haut Aller en bas
Diony Pratchett

avatar

Nombre de messages : 1548
Date d'inscription : 11/08/2007

Feuille de personnage
Age: 18
Statut: réfugiée

MessageSujet: Re: Une heure, le facteur n'est pas passé   Lun 3 Mai - 23:12

Le temps de pleurer dans la main de Sirius, Diony, sous les traits d'une version bien plus jeune d'elle-même, s'accrocha encore un peu. Qu'il était difficile de se résoudre à suivre sa raison et les ordres de Sirius quand tout lui disait qu'elle ne devait pas le quitter.

Pourtant, c'est bien ce qu'elle fit. Sans un regard, et séchant ses larmes d'un poing résolu pour mieux laisser la place à un regard dur et décidé.
Tant qu'à fuir, elle s'accrochait à l'espoir que Sirius avait eu le bon sens de lui mettre sous le nez: elle préviendrait les renforts.
Citation :

1-4: Diony franchit la barrière et ne rencontre aucun obstacle mangemort.
2-5: elle se glisse à travers les lignes ennemis, mais pas sans en payer le prix; impossible de prévenir l'Ordre dans son état.
3-6: ô drame, les mangemorts avaient fait plus que voir venir le coup. Persuadés que Sirius s'échapperait par derrière lui aussi, ils lui tendaient une embuscade.


Dernière édition par Diony Pratchett le Lun 3 Mai - 23:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Severus Snape

avatar

Nombre de messages : 489
Date d'inscription : 10/08/2007

Feuille de personnage
Age: 38
Statut: Directeur

MessageSujet: Re: Une heure, le facteur n'est pas passé   Lun 3 Mai - 23:12

Le membre 'Diony Pratchett' a effectué l'action suivante : Lancé de dés

'Destin' : 5
Revenir en haut Aller en bas
http://aprestomesept.heavenforum.com
Diony Pratchett

avatar

Nombre de messages : 1548
Date d'inscription : 11/08/2007

Feuille de personnage
Age: 18
Statut: réfugiée

MessageSujet: Re: Une heure, le facteur n'est pas passé   Lun 3 Mai - 23:14

Diony se glisse à travers les lignes ennemis, mais pas sans en payer le prix; impossible de prévenir l'ordre dans son état:

Petite souris, Diony se glissa comme prévu, à l'extérieur de la grange, par un jeu de trappes existant dans presque toutes les fermes moldues, y compris celle où Diony avait passé son enfance. En silence, elle se glissa dans le trou aménagé pour permettre le passage du grenier aux stalles des chevaux, sautant dans le vide avant de se rétablir dans la paille.
Nul bruit à l'extérieur, et après une tape sur l'encolure du gros cheval de trait qu'elle avait dérangé en pleine digestion, elle se glissa à découvert, non sans s'être assurée, au préalable, qu'elle ne voyait rien de dangereux à l'horizon.

Elle aurait pu prendre beaucoup de mesures de sécurité supplémentaires, mais baguette bien cachée, elle avait pris le parti de jouer les petites filles effrayées jusqu'au bout.

N'ayant pas beaucoup besoin de se forcer, elle se mit à chouiner dans son coin, puis se traina de cachettes en cachettes, visant, sans y paraitre, la barrière protégeant l'enceinte de la ferme du petit bois d'à côté.
Si elle se précipita en plein sur un mangemort en faction, c'est en connaissance de cause. Le risque était grand, mais calculé, en partie. Elle se jetait peut-être dans la gueule du loup, mais à défaut de pouvoir se faufiler sous son nez sans être vu, ou de trouver un autre chemin, c'était la meilleure excuse qui soit pour expliquer qu'elle se mette à courir vers le bois sans que le garde ne s'inquiète outre mesure.
Avec un peu de chance, et Diony comptait là dessus, il considérerait même que cette gamine effrayée ne constituait pas une cible à sa hauteur.
Aussi, quelle ne fut pas sa surprise, quand, après s'être figée sous son regard effrayant et avoir détallé comme un lapin vers l'abri du bois à son "C'est dangereux de trainer dans le coin, petite...", Diony se prit un sortilège bien placé dans le dos de la part du mangemort.

Un rire fusa alors que, touchée, elle s'écroulait dans l'herbe haute et ne pensait qu'à s'enfuir, la peur au ventre.
Heureusement, elle n'était pas bien loin de son objectif, et le mangemort ne semblait pas vouloir la rattraper de sitôt. Le dos brûlant d'un étrange feu noir, Diony rampa puis roula dans les fourrés, puis, dans un ultime effort, sortit sa baguette, prononça le sortilège de brisure, et alla se réfugier, lentement mais surement, dans un bosquet.

Le temps de reprendre des forces et de lutter contre les flammes pour ne pas perdre conscience, il était trop tard pour qu'elle puisse être d'une aide quelconque pour Sirius. Et c'est avec des larmes salées et amères qu'elle noya sa peur.
Revenir en haut Aller en bas
Sirius Black

avatar

Nombre de messages : 1581
Date d'inscription : 11/08/2007

Feuille de personnage
Age: On ne demande pas son âge à une jeune femme
Statut: Chef de L'Ordre du Phénix

MessageSujet: Re: Une heure, le facteur n'est pas passé   Lun 10 Mai - 20:59

Sirius regarda Diony s'en aller le coeur lourd, mais il ne se permit pas de se laisser aller à ce sentiment. Il ne se le permettait jamais plus dans ce genre de situation.
Focalisé sur le combat qu'ils allaient devoir mener et qui le conduisait vers l'inconnu encore plus qu'à l'ordinaire, Sirius lança des instructions aux sorciers qui s'étaient rangés de son côté. Aux autres, il leur conseilla simplement de se cacher et de sortir leur baguette pour se protéger.
A l'extérieur, une troupe de Mangemort faisait son arrivée. Ils étaient 6 pour l'instant. Autant dire que les chances étaient de leur côté.
Mais cela n'empêcha pas le chef de l'Ordre de savoir ce qu'il avait à faire. Aussi bien qu'il le put, il prépara leur stratégie. La première étape étant de lancer un sortilège de Désapparition à tout le monde, y compris lui. Il plaça également à la va-vite une barrière de Confusion à l'entrée. Ces stratagèmes ne les empêcheraient pas d'avoir à affronter les partisans du Seigneur des Ténèbres, mais au moins, ils leur laissaient le temps de prendre un peu d'avance sur eux.

Sirius n'eut le temps que de se figer sur le côté de la porte alors que celle-ci explosa à la volée. L'offensive des Mangemorts était directe.


Citation :
1-2 La barrière de Confusion permet à Sirius de tuer le premier mangemort mais les autres le repèrent aussitôt et attaquent.
3-4 La barrière de Confusion agit de façon modérée. Trois Mangemorts entrent et se sentent égarés, ce qui laisse le temps aux sorciers de lancer plusieurs sorts les rendant mal en point. Mais les autres attaquent les sorciers qu'ils ont repérés.
5-6 Tous les Mangemorts entrent et sont victimes de la barrière de Confusion. 4 attaques sont lancées simultanément par les sorciers. Deux Mangemorts sont tués sur le coup, les autres les repèrent et attaquent.
Revenir en haut Aller en bas
Severus Snape

avatar

Nombre de messages : 489
Date d'inscription : 10/08/2007

Feuille de personnage
Age: 38
Statut: Directeur

MessageSujet: Re: Une heure, le facteur n'est pas passé   Lun 10 Mai - 21:15

Le membre 'Severus Snape' a effectué l'action suivante : Lancé de dés

'Destin' : 2
Revenir en haut Aller en bas
http://aprestomesept.heavenforum.com
Sirius Black

avatar

Nombre de messages : 1581
Date d'inscription : 11/08/2007

Feuille de personnage
Age: On ne demande pas son âge à une jeune femme
Statut: Chef de L'Ordre du Phénix

MessageSujet: Re: Une heure, le facteur n'est pas passé   Mar 18 Mai - 0:19

Parfois, il fallait l'avouer, Sirius avait un peu l'impression d'avoir subit dans sa jeunesse un sort de malédiction qui le poursuivrait pour toujours. Cette fois, ce n'est pas ce que Sirius pensa. Il ne lui vint à l'esprit qu'une insulte des plus inutiles et désobligeante : quoi de plus humain ?
Le chef de l'Ordre fut projeté à terre par l'un des mangemorts et s'il n'avait pas été entouré de deux alliés, il ne s'en serait surement pas sorti vivant pour le coup.
Une bataille déséquilibrée et désordonnée s'ensuivit. Deux hommes tombèrent du côté de Sirius et seuls deux mangemorts avaient été mis hors d'état de nuire. Autant dire que Sirius ne voyait pas d'autre issue que la mort, mais il était prêt à donner tout ce qu'il avait pour les faire souffrir avant de leur céder son dernier souffle. Et c'est exactement ce qu'il fit. Touché, à terre, Sirius continuait de se battre. Les mangemorts faiblissaient autant que lui et les deux autres hommes qui restaient à ses côtés.
La bataille était si assourdissante, si invraisemblable que Sirius n'avait aucune idée de ce qui se passait réellement. Il se donnait simplement à corps perdu et tentait des ruses toutes plus osées les unes que les autres.

Alors qu'il gisait à terre dans une énième tentative de tuer le dernier mangemort restant, le seul sorcier qui combattait à ses côtés sembla presque se sacrifier pour lui laisser la chance de porter le coup fatal. Tout se passa en un éclair. Le sorcier s'interposa malgré lui entre l'Avada du mangemort destiné à Sirius et Sirius lui-même et, alors qu'il s'élevait en croix, Sirius profita d'une dernière poussée de force pour envoyer lui-même un sortilège de mort. Le partisan du Lord s'effondra et tout fut finit. Plus un bruit.
Sirius était sonné mais il sentait encore planer en lui et autour de lui tout ce que ce combat avait représenté. Il était vivant.
A bout de force, il se releva en haletant et dégagea un passage pour rejoindre l'endroit par lequel était partie Diony. Sa douleur au ventre et au coeur n'avait rien à voir avec les sorts qu'il avait reçu. Il savait simplement qu'aucun renforts n'étaient venus, ce qui signifiait... non, il ne pouvait même pas songer à ce que cela pouvait signifier.

Dans l'urgence, il retrouva un peu de ses forces. Il fallait qu'il retrouve Diony, coute que coute.
Revenir en haut Aller en bas
Diony Pratchett

avatar

Nombre de messages : 1548
Date d'inscription : 11/08/2007

Feuille de personnage
Age: 18
Statut: réfugiée

MessageSujet: Re: Une heure, le facteur n'est pas passé   Lun 12 Juil - 23:24

Les yeux fermés, Diony essayait de reprendre ses forces, de repousser les vagues de douleur qui montaient à l'assaut de sa conscience. Dans sa lutte, il n'y avait bien que sa peur pour l'aider. froide et acide, elle balayait tout sur son passage, pulsant à chaque minute qui passe un peu plus fort, un peu plus loin.
Centrée sur elle-même et sa douleur, Diony prend bientôt conscience de la nature qui l'entoure, de l'herbe qui chatouille son nez et du sol qui pèse contre son ventre.
Sirius.
Cette pensée écarte tout, la douleur comme la peur, mais ne mène qu'aux larmes, amères.
Elle ne se sent pas la force de surmonter cet obstacle là.
Elle n'a même plus la force de maintenir son apparence et ses traits retrouvent peu à peu leur normalité.

Le feu continue de la ronger, elle va mourir, elle le sent.
Mais pas maintenant. Avant, elle doit prévenir l'ordre.
Ramper s'il le faut, sans voir que les minutes s'égrainent bien plus vite qu'il ne lui semble.
Revenir en haut Aller en bas
Sirius Black

avatar

Nombre de messages : 1581
Date d'inscription : 11/08/2007

Feuille de personnage
Age: On ne demande pas son âge à une jeune femme
Statut: Chef de L'Ordre du Phénix

MessageSujet: Re: Une heure, le facteur n'est pas passé   Mer 21 Juil - 15:59

S'il avait dû expliquer ce qui le faisait toujours tenir debout, Sirius n'aurait sans doute pas dit un mot car il n'en savait rien. Différentes sortes de blessures heurtaient son corps, si bien qu'il avançait lentement, beaucoup trop lentement à son goût. Il se sentait dans l'urgence de trouver Diony, de la défendre, peut-être, alors qu'elle était captive de mangemorts. Oui, il se mettait dans la tête qu'elle était peut-être retenue par l'ennemi ou bien qu'ils avaient des problèmes à l'Ordre avec l'organisation de la défense.
Le meilleur moyen était encore de ne pas penser et de continuer sa progression, baguette en main. Sirius tentait de fouiller chaque recoin auquel il pensait, s'attendant presque à trouver Diony roulée en boule, les mains sur les yeux. Ou endormie, pourquoi pas. A l'instant, c'est tout ce qu'il souhaitait en tout cas, comme ça il pourrait lui passer un savon et tout rentrerait dans l'ordre. Mais il ne trouvait rien et lancer son Patronus pour la chercher s'avérait bien trop dangereux pour l'instant. L'ennemi connaissait tous ses secrets, à cause de Snape.

Sirius parvint au bâtiment dont il avait parlé à Diony. Il se positionna dans l'encadrement d'une petite fenêtre afin de couvrir du regard les environs. Malgré lui, il chercha même au sol, pour s'assurer qu'aucun corps n'y gisait. Personne.
Haletant, Sirius se recroquevilla sur lui pour réfléchir. Sa transpiration mêlée au sang lui brûlait les yeux et plusieurs blessures sur son corps le lançaient si fort à présent qu'il était arrêté, qu'il se sentait presque incapable de se relever. Il fallait qu'il réfléchisse vite. Les idées fusaient dans son esprit mais aucune ne semblait réellement prudente. Au diable la prudence, donc, il irait à l'instinct.
Il se releva non sans efforts, s'accrocha un instant au mur pour respirer un bon coup et se lança soudain à découvert. Il ne courait pas, il marchait, ses yeux sans cesse en mouvement pour détecter l'ennemi. Il savait qu'il n'aurait pas beaucoup de temps pour réagir, si jamais il voyait quelque chose. Il se tenait le bras de manière à ce qu'on le croit incapable de s'en servir. En réalité, de sa main gauche, il tenait sa baguette prête à l'action, collée à son bras droit. Subterfuge sans doute inutile, mais il avait appris à jouer de toutes les ruses possibles et imaginables.
Boitant, il traversa les quelques mètres qui le séparaient de la barrière de protection sans aucun problème. Ce qui était complètement anormal pour lui, bien entendu. Il s'attendait à se faire attaquer au moment où il tenterait de briser la protection quand il sentit soudain sa baguette parcourue d'une chaleur inattendue. Depuis quelques temps déjà, c'était un phénomène qu'il avait constaté lorsque certains membres de l'Ordre passaient avant lui. Les traces magiques qu'ils laissaient sur leur passage se répercutaient en Sirius, dans sa propre magie. Il pouvait "les sentir".
C'était ce qui se produisait en cet instant. Sirius "sentait" la présence de Diony. Elle avait brisé la barrière avant lui.
Il tenta un instant de déterminer par où elle était passée, en oubliant d'assurer ses arrières, quand un sort fusa à son oreille au moment où il se baissait pour constater du "trou". Aussitôt, Sirius se jeta à terre sur le côté, touché au bras, roula sur lui même et lança un sort à l'aveuglette. Ses yeux mirent un instant à trouver la position exacte du mangemort, qui courait vers lui.
Le mangemort s'arrêta soudain dans sa course, alors qu'il reconnut le visage de Sirius Black.


Le destin a écrit:
1-3 : Un sourire commence à s'étendre sur ses lèvres au moment où un sort d'Avada le frappe en pleine poitrine. Son hésitation a laissé le temps à Sirius de riposter.

3-6 : Un sourire commence à s'étendre sur ses lèvres. Il contre le sort envoyé par Sirius en s'écartant et riposte immédiatement en envoyant un sortilège de Doloris.



Dernière édition par Sirius Black le Mer 21 Juil - 19:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Severus Snape

avatar

Nombre de messages : 489
Date d'inscription : 10/08/2007

Feuille de personnage
Age: 38
Statut: Directeur

MessageSujet: destin   Mer 21 Juil - 19:05

Le membre 'Sirius Black' a effectué l'action suivante : Lancé de dés

'Destin' : 5
Revenir en haut Aller en bas
http://aprestomesept.heavenforum.com
Sirius Black

avatar

Nombre de messages : 1581
Date d'inscription : 11/08/2007

Feuille de personnage
Age: On ne demande pas son âge à une jeune femme
Statut: Chef de L'Ordre du Phénix

MessageSujet: Re: Une heure, le facteur n'est pas passé   Mer 21 Juil - 20:04

(j'ai jamais de cul moi, même aux dés... pffffffff)

Sirius n'eut pas la même chance que le mangemort. Incapable d'esquiver de la même façon, il reçu le sort de plein fouet. Aussitôt, un cri déchirant sortit de sa propre gorge, bien loin de représenter réellement le choc que recevait son corps déjà meurtri. Sirius ne voulait pas faire ce plaisir au mangemort, il ferma la bouche pour ne pas laisser sortir un son clair et se mordit jusqu'au sang alors que ses muscles se raidissait de plus en plus.
Il ne sait pas combien de temps avait passé depuis le début du Crucio, sans doute quelques secondes ; mais son cerveau refusait de lui faire reprendre le dessus. Sa peine continua jusqu'à ce que le mangemort lâche sa prise.
Sirius tenait encore sa baguette dans sa main, s'étant contracté plus que de raison dessus. Il lui fallut quelques secondes pour reprendre son souffle. Haletant, il releva la tête vers le mangemort qui riait, maintenant tout prêt de lui. Si près, en réalité, que Sirius sentit d'abord le pied de ce dernier s'écraser contre son poignet.
Sirius souffrait plus que de raison, mais il ne lâcha pas sa baguette. Il voyait flou et ne percevait les sons que de manière aléatoire, aussi il évita de répondre au mangemort qui l'assenait de sarcasme mal placé. A la place, il utilisa une technique que les moldus lui avaient appris et qui faisait toujours son effet quand les circonstances s'y prêtaient : de sa main libre et de toute ses forces, il frappa au coeur du genoux de l'homme. Le mangemort, complètement déséquilibré, s'affala à moitié par terre. Sirius récupéra sa baguette de sa main libre, par un accio, et la planta dans l'oeil du mangemort assez fort pour qu'il se mette à hurler de douleur. Sirius aussi criait de douleur, mais l'instinct animal étant le plus fort, il ne s'arrêta pas aux alertes que lui envoyait son corps. Il priva le mangemort de sa baguette et l'asséna de quelques coups de poing bien placés avant de lui porter le coup fatal : un Avada. Rien de plus efficace.
Une fois cet effort fournit, Sirius s'affala immédiatement à terre, complètement à bout de force. Ses poumons ne laissaient plus l'air circuler normalement - disons plutôt, encore moins que quelques minutes auparavant. Il devait avoir une ou deux côtes brisées, son bras droit était en sang ainsi que sa jambe gauche. Tout ça sans compter les blessures plus superficielles.

Sirius toussa le sang qu'il avait dans la bouche et tenta de se faire rouler sur le dos. La luminosité du ciel lui fit mal aux yeux, sa vue se brouillait de manière aléatoire. Il dut cligner plusieurs fois des yeux pour distinguer encore ce qui l'entourait : le bâtiment arrière de la ferme, quelques arbres et une petite clairière. Toujours pas de Diony en vue.
Sirius ne savait plus vraiment quoi faire, ni comment. Il perdait du sang en abondance maintenant et son corps était si lourd qu'il ne se sentait même plus capable de se remettre debout. Il resta donc ici, allongé par terre, pendant de longues secondes, le temps de tousser encore et d'essayer de penser de manière pragmatique.
Il n'était pas question qu'il quitte cet endroit sans être assuré que Diony était rentrée à bon port. Il lui fallait donc contacter, d'une manière ou d'une autre, l'Ordre. Et pour l'instant, Sirius ne voyait qu'une seule solution. La solution la moins risquée, mais la plus dangereuse pour lui.

Sirius Black avait été élevé dans une famille aux tendances douteuses. Il ne s'était intéressé à la branche noire de la magie que pour en conclure qu'elle menait vers la folie. Mais il devait admettre que plusieurs fois, elle lui avait été utile. Pour la carte des Maraudeurs, par exemple. Et à présent, dans sa situation, elle lui serait une nouvelle fois utile. Non pas que Sirius soit très friand de cette idée, mais parfois, la fin justifie les moyens.
Il plaça sa baguette à l'endroit le plus ouvert de sa blessure au bras et commença à marmonner quelques sombres paroles. Il n'avait employé cette technique que de rares fois, à l'époque de James. Aussi espérait-il que cela fonctionne et que Remus comprenne le message.
Un rayon de lumière sombre commença à sortir de la baguette et pénétra le corps de Sirius par la blessure. C'était extrêmement douloureux, aussi Sirius devait se concentrer pour ne pas rompre la magie. Il sentait la lumière parcourir son corps par ses veines et atteindre le cerveau petit à petit.
Sirius commençait à faiblir mais il lui fallait encore faire le plus gros du chemin. Alors qu'il sentit en lui la douleur se stabiliser dans son crâne, il marmonna encore quelques mots. Des flashes intérieurs lui firent comme l'effet d'un électrochoc. Sirius devait trouver Remus dans son esprit, dans son sang. Il fit appel à leur passé, au pacte qu'ils avaient fait pour la Carte du Maraudeur. Quelque part en lui, Sirius portait toujours "la marque" de Remus, et Remus portait la sienne. Lorsqu'il lui sembla l'avoir trouvée, il relâcha de plein fouet la douleur qui lui brûlait la tête. Sirius se mit à crier une nouvelle fois, jusqu'à ce que la douleur cesse et le laisse dans un état végétatif. Il ne pouvait plus bouger, ne savait plus s'il respirait. Il fixait simplement le ciel en espérant que ça ait marché.
Remus, où qu'il se trouve, s'affalerait bientôt sous la douleur fulgurante qui lui parviendrait. Il comprendrait que l'emprunte de Sirius venait de lui parvenir et il en déduirait qu'il lui fallait de l'aide. Alors, alors il aurait peut-être une chance d'y réchapper.


(si c'est vraiment trop moisi du cul tu m'le dis ^^)


Dernière édition par Sirius Black le Dim 25 Juil - 17:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Diony Pratchett

avatar

Nombre de messages : 1548
Date d'inscription : 11/08/2007

Feuille de personnage
Age: 18
Statut: réfugiée

MessageSujet: Re: Une heure, le facteur n'est pas passé   Dim 25 Juil - 14:53

Ce fut un cri à la limite d'être humain qui la sortit de sa torpeur. Un geste après l'autre, Diony était occupée à poursuivre un unique but: bouger, obliger son corps à lui obéir malgré le choc qu'il vivait.
Et si elle finit par y parvenir, ce n'est pas grâce à la persévérance ni à la force de sa volonté, mais bien parce qu'elle finit par s'oublier, noyée dans une unique considération: Sirius.

Ramper n'était plus envisageable. Comme saisit au coeur par un crochet invisible, elle se hissa sur ses jambes, tremblante, et vacilla sur quelques mètres avant de manquer s'écrouler. Aidée par un arbre, soutien de fortune, elle fit une pause et ferma les yeux un instant. le monde tanguait bien trop autour d'elle, le cri de Sirius résonnant en son centre, rythme tronqué faussant les perceptions de son corps malade.

Dans une inspiration mêlée de sanglot, elle finit par admettre l'inévitable: elle n'y arriverait pas. Elle n'arrivait même pas à identifier d'où venait ce son affreux. Comment pouvait-elle espérer y mettre fin?! Sans parler de ce vide qui manquait d'envahir sa conscience à tout moment.
C'est alors qu'elle l'entendit, ce POP juste à côté d'elle. Pour unique réaction, elle tourna le visage pour faire face au nouveau venu. En le reconnaissant, ses yeux s'emplirent de larmes. Enfin, elle pouvait lâcher prise.

Et le monde devint douce obscurité.
Revenir en haut Aller en bas
Charlie Weasley

avatar

Nombre de messages : 91
Date d'inscription : 23/11/2007

MessageSujet: Re: Une heure, le facteur n'est pas passé   Dim 25 Juil - 15:25

Charlie était de permanence ce jour-là, s'occupant de la coordination des différentes actions menées sur le terrain, quand Remus était venu le trouver, étrangement agité.
Le temps d'en discuter en privée, il avait appris que Sirius était en danger, et rapporté, en retour, que ce dernier n'intervenait pas aujourd'hui, qu'il se contentait de surveiller une action sur le terrain: l'initiation de Diony en tant qu'agent de terrain. Une simple mission de récolte du courrir.

"- Il n'y a aucune raison que ça tourne mal.
" avait-il conclut.

"- Et pourtant, ça a mal tourné. Attrape ta baguette et un pack de secours, tu m'accompagnes. Extraction d'urgence."

Remus n'avait pas l'air de rigoler, bien au contraire, alors Charlie n'avait pas posé de question et c'était contenté d'obtempérer tout en détaillant dans quel contexte ils allaient se retrouver.
Jusqu'à l'instant du grand départ. A peine deux minutes plus tard ils étaient partis, efficacité incarnée. Un peu à l'écart du site, là où ils avaient localisé des perturbations magiques, ils étaient tout d'abord tombés sur Diony.
Sans que Remus n'ai à en donner l'ordre, Charlie s'était précipité vers elle, sortant le pack de secours pour lui tendre une potion régénératrice, seule capable de lutter contre le genre d'affection dont elle souffrait.

La demoiselle sitôt qu'elle l'avait repéré, était tombé évanouie, aussi la prit-il dans ses bras avant de la déposer sur un lit de mousse. A entendre les sons que Remus avait suivit, ce dernier aurait besoin d'aide. AUssi, après s'être assurée que Diony irait bien, le suivit-il.
Revenir en haut Aller en bas
Remus Lupin

avatar

Nombre de messages : 1078
Date d'inscription : 15/08/2007

MessageSujet: Re: Une heure, le facteur n'est pas passé   Dim 25 Juil - 16:33

Avec autant de force que les sensations transmises par Sirius, l'urgence avait immédiatement saisie Remus. En pleine réunion, il avait immédiatement mis fin à la discussion, courant dans le couloir jusqu'à mettre la main sur Charlie. Heureusement pour sa santé mentale, tout s'était mis en place au plus vite, les problèmes trouvant rapidement une solution jusqu'à ce que lui et Charlie transplanent sur les lieux de l'extraction.
Intervenir à deux était à la limite du coup de folie, mais après tout, c'était un chef de l'ordre qui était concerné, et les renforts étaient déjà en route, si tout s'était bien passé.
Il espérait juste ne pas avoir besoin de faire appel à eux. Révéler leur puissance aux mangemorts n'était pas dans les plans de l'ordre, pas avant plusieurs mois et une occasion bien planifiée.
Pour cela, il lui fallait agir, et vite. Comme à l'ancienne. Laissant Diony aux bons soins de Charlie, il se glissa entre les arbres et les herbes haute. D'un sortilège bien placé, il localisa Sirius puis se glissa jusqu'à lui.
Deux mangemorts contemplaient leur victime, à terre. La seule vue de cette scène lui arracha un grondement sourd. Il ne supportait pas de voir Sirius dans cet état. Mais, stratège plutôt que tête brûlée, il se plaça derrière un arbre et prit le temps d'y réfléchir à deux fois avant de se jeter dans la mêlée.
Ce n'est qu'une fois que Charlie l'eut rejoint, à quelques arbres de là, qu'il inspira profondément puis échangea quelques signes avec son complice.
Le moment d'agir était arrivé, libérateur.

30 secondes plus tard, tout était fini, Remus se penchait sur Sirius et vérifiait son état.

"- Patmol, mon vieux, dit-moi quelque chose."
Revenir en haut Aller en bas
Sirius Black

avatar

Nombre de messages : 1581
Date d'inscription : 11/08/2007

Feuille de personnage
Age: On ne demande pas son âge à une jeune femme
Statut: Chef de L'Ordre du Phénix

MessageSujet: Re: Une heure, le facteur n'est pas passé   Lun 26 Juil - 3:31

Sirius se trouvait dans un état catatonique. Les yeux rivés sur le ciel, il ne bougeait plus depuis un bon moment. Ni son regard, ni son corps ne fit le moindre mouvement, même lorsque deux mangemorts s'approchèrent de lui. Quelque part en lui, il avait conscience de leur présence, mais il était tout bonnement incapable d'avoir la moindre réaction physique, même lorsque ceux-ci lui donnèrent quelques petits coups du coin du pied.
La suite des événements, il ne la comprit que lorsqu'il entendit la voix lointaine de Remus. Dire quelque chose, voilà qui devait être de l'ordre du possible. Il ne pensait qu'à une chose, telle une ritournelle qui tournait dans son esprit endommagé : Diony. Où était Diony ? Allait-elle bien ?
Il posa ces questions à Remus mais aucune ne franchit les barrières de son esprit. Il pouvait sentir ses lèvres bouger et entendre le son de sa propre voix, pourtant tout ça n'était qu'à l'intérieur de sa tête. En réalité, il ne donna à voir à Remus aucun signe de vie, jusqu'à ce qu'il cligne des yeux dans un réflexe musculaire.
Revenir en haut Aller en bas
Remus Lupin

avatar

Nombre de messages : 1078
Date d'inscription : 15/08/2007

MessageSujet: Re: Une heure, le facteur n'est pas passé   Mar 27 Juil - 19:58

A défaut d'autres indices, Remus consulta les signes vitaux de Sirius juste avant de passer à l'étape suivante: ficher le camp.

D'un mot, il signifia à Charlie de sécuriser le secteur.
Et quelques minutes plus tard, ils étaient dans une planque de l'ordre, en sécurité, autant que faire se peut, en attendant de pouvoir rejoindre l'antre sans risques.
Avant, un débrief s'imposait.

Voila comment tout ce petit monde se retrouva confortablement installé dans une chambre d'hôte en France. Loin du front, et en territoire allié. Il n'y avait rien de mieux.
Sans compter qu'un médicomage venu tout droit de l'hôpital de Paris venait de prodiguer les premiers secours d'urgence à Diony et Sirius.
De quoi rassurer suffisamment Remus pour qu'il se laisse aller à fermer les yeux, confortablement assis dans le fauteuil au chevet de Sirius.
Diony, dans la chambre d'à côté, était maintenant dans un coma artificiel le temps de régénérer les chairs calcinées par le feu noir.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une heure, le facteur n'est pas passé   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une heure, le facteur n'est pas passé
Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Le reflet du passé [Terminé]
» la langue d'enseignement,facteur de pauvreté
» Pour l'histoire , que s'est-il passé en 1994 entre le Dr Theodore et Lavalas
» Quelques interventions de Nickie dans un passé ...recent.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'antre du phénix :: Le monde sorcier :: Province anglaise :: Lieux divers-
Sauter vers: